Portrait Marcel CLAUDON

Portrait marcel CLAUDON

Marcel CLAUDON, né le 2 juillet 1928, a apporté beaucoup au basket vosgien.


 Il a reçu la médaille de bronze « Trophée du basket » en 1999 et la médaille « Trophée Esprit Sportif » en 2004. Il a pendant plus de 70 ans participé à la vie du basket vosgien.

 Il a débuté dès l’âge de 10 ans comme joueur, a créé et entraîné une équipe à Igney, arbitré pendant de nombreuses années et a ensuite longtemps été un OTM assidu au GET Vosges.

 

Ton histoire avec le basket ?

 

J’ai commencé à jouer au basket à l’âge de 10 ans au club de Chantraine. J’ai arrêté sous l’occupation pour travailler dans une ferme afin de subvenir aux besoins de notre famille.


J’ai repris le basket en 1946 à Thaon avec l’équipe réserve. A l’époque, on jouait en extérieur et pour se laver après le match, il fallait parfois trouver un petit ruisseau. J’ai cependant eu la grande chance de jouer dans la salle ronde de la Rotonde à Thaon.

 


En 1952, j’ai créé la première équipe de basket à Igney en tant qu’entraineur et joueur. Notre premier travail a consisté à construire de toute pièce un terrain en extérieur. A cette époque, il fallait, avant chaque match, retracer les lignes du terrain à la chaux.

 

J’ai arrêté de jouer dans les années 60 pour me consacrer à l’arbitrage et à l’entrainement des équipes d’Igney. Je suis parvenu à faire monter l’équipe première en Honneur Région. 

 

En 1968, j’ai arrêté l’entrainement mais ai continué l’arbitrage jusqu’en 1977. Je commençais à souffrir des genoux, et déjà à l’époque, je me retrouvais souvent seul pour arbitrer malgré la désignation de deux arbitres.

 

Après une trêve de 13 ans, j’ai repris dans les années 90 une licence à Thaon pour rejoindre Céline et Christophe, mes petits enfants qui jouaient au basket dans ce club. J’ai longtemps tenu la table de marque en tant qu’OTM les après-midi de match puis pour m’occuper en soirée de la buvette.

 

Ne me sentant plus à ma place au sein du GET, j’ai préféré rejoindre ma petite fille, Lucie, et mon fils au club de Chavelot.

 

Malheureusement, des problèmes de vue ont éloigné Marcel des tables de marque. Il garde cependant toujours un œil sur le basket vosgien au travers de la presse écrite, et quand il en a l’occasion, c’est toujours avec un grand plaisir qu’il assiste à un match de basket opposant des équipes locales, avec toujours un petit faible pour les seniors féminines du GET Vosges ou sa petite fille Céline a longtemps joué.


Voir Interview Instantanée Marcel CLAUDON

 

Diaporama

 
création de site internet avec : www.quomodo.com